VisionatureVisionature
Visiteur Anonyme  
Accueil
Consulter
 - 
Accueil
Information
 - 
Toutes les nouvelles
 - 
Sur votre agenda
  Aide
    - 
les FAQs
Qu'est-ce que l'observatoire rapaces ?
 - 
Généralités
  Protocoles
    - 
Protocole
    - 
Stratégies de dénombrement
    - 
Conseils/indications
  Organisation
    - 
Coordination nationale
    - 
Coordination locale
    - 
Participation
    - 
Planning
    - 
Déduction d'impôts
 - 
Méthodologie et analyses statistiques
  Résultats
    - 
Résultats 2004-2007
    - 
Résultats 2008
    - 
Résultats 2009
    - 
Résultats 2010 : Précisions sur la méthode avec différentes approches !
    - 
Les rapaces et leur conservation : la science, le citoyen et le chercheur.
    - 
Résultats 2011 : Bilan de 2005 à 2010 : Tendance sur 7 espèces de rapaces !
    - 
Résultats 2012 : Les populations de Buse variable et Faucon crécerelle sont en déclin en France !
    - 
Zoom sur l'Autour des palombes
    - 
Résultats 2013 : Un outil dédié au suivi des rapaces nicheurs diurnes de France !
    - 
L'Observatoire rapaces : ça continue !
    - 
Résultats 2014 : Tendances des populations de rapaces diurnes nicheurs en France entre 2000 et 2013.
    - 
Résultats 2015 : Bilan 2014 et focus sur le faucon crécerelle !
L'enquête Rapaces nocturnes (2015-2017)
  Généralités
    - 
Introduction
    - 
Objectifs
  Les rapaces nocturnes de France
    - 
Chevêche d'Athéna
    - 
Chevêchette d'Europe
    - 
Chouette de Tengmalm
    - 
Chouette hulotte
    - 
Effraie des clochers
    - 
Grand-duc d'Europe
    - 
Hibou des marais
    - 
Hibou moyen-duc
    - 
Petit-duc scops
    - 
Autres espèces
    - 
Outils de sensibilisation
  Matériel et méthodes
    - 
Matériel
    - 
Échantillonnage
    - 
Protocole
    - 
Conseils / Indications
  Organisation - Coordination
    - 
Coordination nationale
    - 
Coordination locale
    - 
Déduction d'impôts
  Participer
    - 
Transmettre mes données
  Résultats divers
    - 
Bilan intermédiaire 2015-2017
L'enquête nationale Busards (2010-2011)
 - 
Généralités
 - 
Protocole
 - 
Organisation/participation
 - 
Résultats
L'enquête nationale Milan royal (2008)
 - 
Généralités
 - 
Protocole
 - 
Organisation/participation
 - 
Résultats
L'enquête Rapaces (2000-2002)
 - 
Introduction
 - 
Organisation
 - 
Méthodologie et analyses statistiques
 - 
Cartes de répartition
 - 
Analyses et conclusions
Connaître les rapaces diurnes de France
 - 
Généralités
 - 
Identifier et reconnaître les rapaces
 - 
Suivi des rapaces
  Portraits de rapaces
    - 
Aigle botté
    - 
Aigle de Bonelli
    - 
Aigle royal
    - 
Autour des palombes
    - 
Balbuzard pêcheur
    - 
Bondrée apivore
    - 
Busard cendré
    - 
Busard des roseaux
    - 
Busard Saint-Martin
    - 
Buse variable
    - 
Circaète Jean-le-Blanc
    - 
Elanion blanc
    - 
Epervier d'Europe
    - 
Faucon crécerelle
    - 
Faucon crécerellette
    - 
Faucon hobereau
    - 
Faucon kobez
    - 
Faucon pèlerin
    - 
Gypaète barbu
    - 
Milan noir
    - 
Milan royal
    - 
Vautour fauve
    - 
Vautour moine
    - 
Vautour percnoptère
Les contacts et partenaires
Documents et liens
Résultats 2004-2007

Introduction

A l’issue de l’Enquête Rapaces 2000 / 2002, et comme annoncé dans l’ouvrage de synthèse de cette enquête (Thiollay & Bretagnolle 2004), nous avions proposé de réaliser un suivi des populations nicheuses de rapaces de France sur la base d’un échantillon de carrés, réalisés dans les mêmes conditions que ceux de l’enquête. Sur la base de simulations statistiques, V. Bretagnolle avait alors estimé qu’une centaine de carrés (sur les 2 200 que compte la France, et sur les 1 200 qui avaient été réalisés en 2000 / 2002), répartis de manière uniforme sur le territoire national (à savoir, un par département), pouvaient suffire à produire des estimations nationales et annuelles pour les 10 espèces les plus abondantes. Cette proposition a été reprise en 2004 lorsque la LPO Mission Rapaces, sous la houlette de J.-M. Thiollay et J. Sériot (puis F. David), a décidé de lancer l’observatoire : un carré tiré au hasard dans chaque département constituait l’objectif. Par la suite, compte tenu de la difficulté pour lancer cette nouvelle enquête, des aménagements successifs ont vu le jour entre 2004 et 2008, puisque pour cette année, cinq carrés sont tirés au hasard sur chaque département (voir lettre précédente). Comme nous nous y étions engagés, nous reproduisons ci-après les résultats, que l’on doit considérer comme préliminaires, des carrés qui ont été prospectés entre 2004 et 2007.

Couverture réalisée

Comme évoqué déjà dans la lettre précédente, le nombre de carrés réalisés par les observateurs a été croissant d’année en année, sept en 2004, 21 en 2005, 43 en 2006 et enfin 74 en 2007. Un certain nombre de carrés (8) ont été réalisés sur plusieurs années, et 124 seulement une année. Au final, ce sont néanmoins 133 carrés différents qui ont été prospectés, dont 33 ne l’avaient pas été pendant l’enquête 2000 / 2002. La figure 1 représente la distribution des carrés prospectés entre 2004 et 2007.

http://files.biolovision.net/observatoire-rapaces.lpo.fr/userfiles/Figure1carres2004-07.jpg

Méthode d’analyse

En 2004 et même en 2005, trop peu de carrés ont été réalisés pour espérer obtenir des effectifs de rapaces réalistes. C’est pourquoi, nous avons procédé en regroupant les années. Le protocole d’analyse est strictement identique à celui de l’ancienne enquête : au cas où un carré est réalisé plusieurs années, seules les valeurs maximales sont retenues. La technique statistique (méthode du krigeage) est également identique.

Bien évidemment, compte tenu du fait qu’un faible nombre de carrés est réalisé, et que d’autre part le caractère systématique qui prévalait lors de la précédente enquête n’est plus respecté entre 2004 et 2007, ce résultat peut être biaisé. Par exemple, avec 3 puis 5 carrés au choix par département, on peut aisément imaginer que les carrés réputés, ou jugés a priori pauvre en rapaces, risquent d’être délaissés au profit des autres plus riches, ce qui résulterait en une surestimation des effectifs (par rapport à 2000 / 2002). Nous avons donc cherché à vérifier la robustesse de ces résultats par différentes méthodes.

Dans un premier temps, nous avons évalué la robustesse des estimations, en testant si 133 carrés étaient suffisants pour reproduire les résultats de 2000 / 02. Nous avons utilisé une méthode statistique classique (appelée ré-échantillonnage) qui permet de connaître les bornes inférieures et supérieures des estimations, puis de voir si l’estimation 2000 / 2002 avec le nombre total de carrés (1 229) est, ou non, en dehors de cet intervalle calculé avec seulement 133 carrés.

La plupart des carrés réalisés entre 2004 et 2007 l’avaient déjà été entre 2000 et 2002 (100 carrés). Nous avons donc comparé dans un deuxième temps, carré par carré, les effectifs de rapaces comptabilisés sur ces deux périodes.

Enfin, une analyse globale a été réalisée afin de comparer les résultats 2004 à 2007 à ceux de l’enquête 2000 / 02. Pour permettre une comparaison raisonnable, la méthode du krigeage a été appliquée sur la superficie de la France où un nombre suffisant de carrés a été effectué en 2004 / 07. Le krigeage a été appliqué de la même manière sur cette superficie avec les données 2000/02 pour comparer les résultats. Un ratio (estimé d’après les données 2000 / 02) est ensuite appliqué pour estimer le nombre total de couples de 2004 / 07 de la même manière que l’enquête Rapaces

Résultats

Le premier résultat, très encourageant, est que nous avons pu reproduire des estimations d’abondance fiables pour les 5 espèces de rapaces les plus communes avec seulement 133 carrés (tableau 1). Ainsi, les valeurs estimées avec 133 carrés sont très proches de celles observées avec 1 229 carrés de l’échantillonnage 2000-2002. Ce résultat est aussi stable lorsque l’on diminue le nombre de carrés ou que l’on contraint leur répartition (par exemple seulement un par département).

http://files.biolovision.net/observatoire-rapaces.lpo.fr/userfiles/Tableau1.jpg

En comparant directement les carrés réalisés pendant la première enquête nationale et l’observatoire (Figure 2), nous constatons une augmentation systématique du nombre maximal (certains et possibles) de couples détectés, avec des augmentations significatives notamment pour la buse variable (en moyenne + 1.6 couple / 25 km²) ou l’épervier (en moyenne + 0.7 couple / 25 km²). Toutefois, on ne peut pas exclure que cela résulte, au moins en partie, d’une « amélioration » de la qualité des observateurs (voir ci-dessous).

http://files.biolovision.net/observatoire-rapaces.lpo.fr/userfiles/Figure2.jpg

Un fait intéressant est que le nombre total de couples (certain à possible) a augmenté mais que le nombre de couples certains semble stable, voire même il est en diminution (Figure 3). Ceci relativiserait donc la hausse constatée : elle serait surtout due à une augmentation du nombre de couples possibles sur les carrés échantillonnés.

http://files.biolovision.net/observatoire-rapaces.lpo.fr/userfiles/Figure3.jpg

D’une manière globale, le résultat principal de ces analyses est que la plupart des populations de rapaces ont augmenté depuis 2002 (Figure 4). Cette augmentation est faible pour certaines espèces, nettement plus, semble-t-il, pour d’autres. Ainsi, la buse variable semble stable, et si légère augmentation il y a, elle concerne les couples « possibles », traduisant sans doute un effet observateur. Il en est de même pour la bondrée apivore, le faucon hobereau ou le milan noir : dans chacun des cas, les effectifs « certains et probables » sont constants, alors que si l’on ajoute les couples possibles, une légère augmentation, atteignant cependant près de 10 %, est enregistrée. A l’inverse, le faucon crécerelle, l’épervier d’Europe, mais surtout l’autour des palombes et le busard saint-Martin sembleraient avoir augmenté, aussi bien en effectif « certain » qu’en effectif « possible ». Seul le milan royal verrait ses effectifs estimés à la baisse, au moins pour ce qui est des couples certains et probables.

http://files.biolovision.net/observatoire-rapaces.lpo.fr/userfiles/Figure4.jpg

Interprétation et conclusions

Les augmentations d’effectifs constatées semblent être la conséquence de deux phénomènes, non exclusifs. Premièrement, une meilleure détection des couples peut être envisagée, une majorité de carrés effectués en 2004 / 07 l’ont été aussi en 2000 / 02, les observateurs gagnant en expérience (meilleure connaissance du site notamment). En revanche, il semble que l’on puisse écarter un biais de sélection des « meilleurs » carrés qui aurait produit cette augmentation indirecte. Deuxièmement, ces résultats peuvent traduire une réelle augmentation des populations, au moins pour certaines espèces. Dans tous les cas, ils sont très encourageants et montrent leurs promesses pour le suivi à long terme.

En conclusion, ces résultats nous incitent à remercier et encourager encore les observateurs et bénévoles de cet Observatoire Rapaces…

Par Vincent Bretagnolle & David Pinaud (Centre d’études biologiques de Chizé, CNRS), avec l’aide de Fabienne David (LPO Mission Rapaces)

Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2017