VisionatureVisionature
Visiteur Anonyme  
Accueil
Consulter
 - 
Accueil
Information
 - 
Toutes les nouvelles
 - 
Sur votre agenda
  Aide
    - 
les FAQs
Qu'est-ce que l'observatoire rapaces ?
 - 
Généralités
  Protocoles
    - 
Protocole
    - 
Stratégies de dénombrement
    - 
Conseils/indications
  Organisation
    - 
Coordination nationale
    - 
Coordination locale
    - 
Participation
    - 
Planning
    - 
Déduction d'impôts
 - 
Méthodologie et analyses statistiques
  Résultats
    - 
Résultats 2004-2007
    - 
Résultats 2008
    - 
Résultats 2009
    - 
Résultats 2010 : Précisions sur la méthode avec différentes approches !
    - 
Les rapaces et leur conservation : la science, le citoyen et le chercheur.
    - 
Résultats 2011 : Bilan de 2005 à 2010 : Tendance sur 7 espèces de rapaces !
    - 
Résultats 2012 : Les populations de Buse variable et Faucon crécerelle sont en déclin en France !
    - 
Zoom sur l'Autour des palombes
    - 
Résultats 2013 : Un outil dédié au suivi des rapaces nicheurs diurnes de France !
    - 
L'Observatoire rapaces : ça continue !
    - 
Résultats 2014 : Tendances des populations de rapaces diurnes nicheurs en France entre 2000 et 2013.
    - 
Résultats 2015 : Bilan 2014 et focus sur le faucon crécerelle !
L'enquête Rapaces nocturnes (2015-2017)
  Généralités
    - 
Introduction
    - 
Objectifs
  Les rapaces nocturnes de France
    - 
Chevêche d'Athéna
    - 
Chevêchette d'Europe
    - 
Chouette de Tengmalm
    - 
Chouette hulotte
    - 
Effraie des clochers
    - 
Grand-duc d'Europe
    - 
Hibou des marais
    - 
Hibou moyen-duc
    - 
Petit-duc scops
    - 
Autres espèces
    - 
Outils de sensibilisation
  Matériel et méthodes
    - 
Matériel
    - 
Échantillonnage
    - 
Protocole
    - 
Conseils / Indications
  Organisation - Coordination
    - 
Coordination nationale
    - 
Coordination locale
    - 
Déduction d'impôts
  Participer
    - 
Transmettre mes données
  Résultats divers
    - 
Bilan intermédiaire 2015-2017
L'enquête nationale Busards (2010-2011)
 - 
Généralités
 - 
Protocole
 - 
Organisation/participation
 - 
Résultats
L'enquête nationale Milan royal (2008)
 - 
Généralités
 - 
Protocole
 - 
Organisation/participation
 - 
Résultats
L'enquête Rapaces (2000-2002)
 - 
Introduction
 - 
Organisation
 - 
Méthodologie et analyses statistiques
 - 
Cartes de répartition
 - 
Analyses et conclusions
Connaître les rapaces diurnes de France
 - 
Généralités
 - 
Identifier et reconnaître les rapaces
 - 
Suivi des rapaces
  Portraits de rapaces
    - 
Aigle botté
    - 
Aigle de Bonelli
    - 
Aigle royal
    - 
Autour des palombes
    - 
Balbuzard pêcheur
    - 
Bondrée apivore
    - 
Busard cendré
    - 
Busard des roseaux
    - 
Busard Saint-Martin
    - 
Buse variable
    - 
Circaète Jean-le-Blanc
    - 
Elanion blanc
    - 
Epervier d'Europe
    - 
Faucon crécerelle
    - 
Faucon crécerellette
    - 
Faucon hobereau
    - 
Faucon kobez
    - 
Faucon pèlerin
    - 
Gypaète barbu
    - 
Milan noir
    - 
Milan royal
    - 
Vautour fauve
    - 
Vautour moine
    - 
Vautour percnoptère
Les contacts et partenaires
Documents et liens
Faucon pèlerin

Description de l’espèce
La silhouette trapue de ce chasseur de haut-vol est plus remarquable par sa carrure que par sa grandeur. De la taille d’un gros pigeon, la femelle est d’un tiers supérieure au mâle, et l’envergure est plus forte (mâle 69% de la femelle). Ses ailes plutôt larges et triangulaires sont pointues et arquées en croissant. Sa queue est courte, un peu rétrécie et à l’extrémité carrée, sa poitrine est robuste et sa tête est ronde et peu proéminente. L’adulte est sombre avec une tache blanche à la gorge et en haut de la poitrine, les parties supérieures sont gris bleu à gris ardoise et le réseau serré de stries transversales du dessous paraît gris. Dans toutes les livrées, le Faucon pèlerin a le dessus sombre avec une zone claire dans le bas du dos, limitée au croupion. La tête sombre, où la moustache arrondie contraste avec les joues claires, est caractéristique de l’espèce.
Les jeunes sont brun ardoisé dessus, avec les faces inférieures rayées de taches longitudinales pendant leur première année. La mue est complète dès la fin de la première année, entre mars et décembre. Les dimensions des ailes sont variables : grandes et larges chez certains sujets (femelles), telles celles du Faucon gerfaut Falco rusticolus, ou aussi étroites (mâles) que celles du Faucon hobereau Falco subbuteo. L’Envergure du mâle est de 70 à 85 cm, celle de la femelle de 95 à 105 cm. Les jeunes ont le profil plus effilé, avec la queue longue. Le vol battu est en général direct et puissant ; les battements d’ailes sont un peu raides et pas très amples. Ce mouvement part de l’épaule, à la différence des autres grands faucons. Les mouvements sont plus souples et articulés
au poignet. Aucun autre rapace n’avance aussi vite avec des mouvements d’ailes aussi limités. En vol plané, direct ou circulaire, les ailes sont horizontales ou les mains légèrement relevées, formant un V plat [1]. Les adultes présentent deux périodes de mues principales : en juillet, puis en novembre et décembre. Des individus en mue partielle sont cependant observés durant toute l’année [bg7].
Chants et cris : sur les lieux de nidification et aux environs, le Faucon pèlerin lance de forts caquètements, des cris rauques, plus ou moins plaintifs et d’autres cris plus brefs (JCR, CD1/pl.99).
Longueur totale du corps : 34-50 cm. Poids : 600-750 g (mâle), 900-1300 g (femelle) [bg21].

http://files.biolovision.net/observatoire-rapaces.lpo.fr/userfiles/photosespces/PlerinChAussaguel.gif

photo : Christian Aussaguel ©

Répartition géographique
Cosmopolite, le Faucon pèlerin niche sur tous les continents, Europe, Asie, Afrique, Australie, Amérique du Nord et du Sud et de nombreuses îles et archipels en Océanie. Le nombre de sous-espèces reconnues varie de 16 à 25 [bg21]. Il est répandu sur l’ensemble du paléarctique occidental offrant des sites rupestres favorables à sa nidification, y compris les falaises côtières et fluviales [bg7].
En France, il se répartit de manière quasi ininterrompue à l’est d’une ligne reliant les Ardennes au Pays basque. On le trouve dans les Pyrénées, les Alpes et le Massif central, avec à l’ouest, de belles populations dans le Lot et la Dordogne. Il est bien implanté en Bourgogne et surtout dans le Jura. L’archipel des îles d’Hyères et la Corse sont également occupés. L’espèce niche depuis peu sur le littoral normand et breton. La sous-espèce nominale peregrinus est la plus largement représentée sur notre territoire. Sur le pourtour méditerranéen, la sous-espèce brookei est assez bien implantée. En hiver, des individus de la forme calidus fréquentent les côtes bretonnes et atlantiques.

Biologie
Ecologie
Deux conditions sont nécessaires à l’installation du Faucon pèlerin dans une région : des sites rupestres pour nicher et une avifaune abondante et diversifiée. Dans la majeure partie du paléarctique occidental, l’aire est installée en site rupestre, aussi bien sur les côtes qu’à l’intérieur des terres. Les populations actuelles, adaptées aux falaises, ne nichent plus dans les arbres, comme cela s’observait dans le passé dans les zones de plaines. Quelques constructions humaines sont colonisées depuis une vingtaine d’années : châteaux, bâtiments divers, tours de centrales nucléaires, pylônes électriques. Des villes comme Albi, Rodez, Strasbourg, Périgueux…, sont habitées par ce rapace, qui y trouve des monuments favorables à sa reproduction et une grande richesse en proies, notamment grâce à l’abondance des pigeons.

La hauteur des falaises occupées varie de 20 à 200 m, mais des parois plus imposantes (400 à 500 m) ou des escarpements plus petits (10-15 m) peuvent aussi être colonisés. En dehors de la saison de reproduction, le Faucon pèlerin s’observe aussi le long du littoral, dans les marais, les landes et les estuaires. Il a besoin de vastes espaces ouverts pour chasser et l’accès à l’aire doit être parfaitement dégagé ; c’est pourquoi il fréquente moins les grands massifs boisés dépourvus d’éclaircies [5]. Les plus fortes densités sont observées dans les régions possédant des falaises calcaires situées entre 200 et 800 m d’altitude et en général au sein d’un environnement diversifié, comportant peu de cultures. Les plus faibles densités se rencontrent soit dans les zones d’altitude supérieure à 1000-1200 m, soit dans les régions granitiques, mais aussi dans celles fortement colonisées par le Grand-duc d'Europe Bubo Bubo, telles que le sud et le sud-est du Massif central [bg66].

Comportement
Après la période de reproduction, les faucons pèlerins du nord et du nord-est sont en partie migrateurs, ceux d’Europe centrale et occidentale, assez erratiques, tandis que les oiseaux méridionaux sont sédentaires, sauf les jeunes, plus ou moins nomades eux aussi. En automne, les faucons pèlerins scandinaves partent vers le sud-ouest et hivernent en Suède méridionale, au Danemark, dans le nord de l’Allemagne, au Benelux, dans le nord de la France, en Grande-Bretagne et en Espagne. En Europe centrale, les jeunes se dispersent dans toutes les directions après l’envol. Dans la première année, on en trouve environ 70% à plus de 100 km de leur lieu d’origine. En revanche, les adultes restent dans leur territoire ou au voisinage [4]. Le Faucon pèlerin capture presque exclusivement des oiseaux en vol. Il chasse souvent à l’affût, posté sur une hauteur. Lorsqu’il plonge sur sa proie, son vol est entrecoupé de battements d’ailes secs, rapides, de faible amplitude et de longues glissades. Il frappe sa proie par-dessus avec les serres plus ou moins ouvertes qu’il tient contre sa poitrine. Si la proie n’est pas capturée aussitôt, le choc la précipite au sol et le faucon s’empresse de la rejoindre. Les proies tentent souvent d’échapper en chutant brusquement et y parviennent parfois, surtout lorsqu’elles sont poursuivies par de jeunes pèlerins inexpérimentés. Il semble que ceux-ci simulent souvent une attaque pour s’exercer. Abstraction faite de la période d’élevage des jeunes, le Faucon pèlerin chasse surtout tôt le matin ou dans la soirée. S’il tue une grosse proie, telle qu’un pigeon domestique, elle lui suffira pour plusieurs jours. Après avoir plumé grossièrement le corps, il dévore la chair de la poitrine et laisse le bassin avec les pattes et la ceinture scapulaire entière. Ces reliefs caractéristiques signent son passage et jonchent les reposoirs au milieu des pelotes de petites plumes. Il cache fréquemment ses proies dans quelque anfractuosité de la falaise afin de s’en nourrir en période de disette. Quand il chasse des oiseaux volant en groupe, il s’en prend généralement aux sujets plus isolés car une attaque du groupe serait dangereuse pour lui [5].
Au cours du vol nuptial (au début de la saison de nidification), les deux partenaires décrivent des cercles à grande hauteur et, en général, le mâle simule une attaque en piqué contre la femelle ; celle-ci se retourne sur le dos et les serres des deux oiseaux se touchent. En plané, ils peuvent également entrer en contact par le bec et les plumes. Les couples adultes fréquentent en général le même site toute l’année, pendant que les immatures cherchent un partenaire et un site de nidification vacant.

Reproduction et dynamique des populations
Pour sa reproduction, le Faucon pèlerin reste strictement inféodé aux sites rupestres. Essentiellement localisé dans les falaises calcaires de notre territoire, il s’implante en petit nombre sur les falaises côtières du Nord-Ouest et dans les hauts de taille rocheux de quelques carrières de plaine de l’Est. Il ne construit pas de nid, il niche à même le sol, se contentant de gratter le sol d’une vire nue ou herbeuse, d’une cavité située le plus souvent dans la partie haute d’une falaise. Il peut également occuper le nid abandonné d’un Grand corbeau Corvus Corax, voire le chasser et s’approprier l’aire de ce dernier. D’anciennes aires d’Aigles royaux et d’aigles de Bonelli ont également été utilisées. En France, la ponte a lieu généralement de la mi-février à la fin de mars [4]. Les trois à quatre oeufs fortement tachetés de brun sont couvés par les deux adultes pendant 29-32 jours. Les jeunes restent au nid 35-42 jours et accompagnent leurs parents deux mois environ après l’envol. La taille des nichées à l’envol oscille entre un et quatre jeunes (moyenne 2,45) ce qui révèle une bonne productivité pour les couples qui nichent avec succès. Le Faucon pèlerin est adulte à deux ans. Pendant ses deux premières années, son taux de survie annuel est estimé à 50%, pour atteindre 85% chez les adultes. Ils se reproduisent pour la première fois à l’âge de deux ans et l’union semble durer jusqu’à la disparition de l’un ou l’autre des partenaires [5]. Les causes de mortalité du Faucon pèlerin sont nombreuses mais difficiles à quantifier. Des cas de dépérissement par manque de nourriture seraient dus à une habileté insuffisante à la chasse ou à de faibles ressources alimentaires. Parmi les facteurs limitant les populations, est citée l’extension du Grand-duc, prédateur naturel du Faucon pèlerin et espèce bien implantée sur le territoire. Les aléas climatiques des mois de mars et avril entraînent des pertes de nichées. Par ailleurs, les couples qui s’installent sur les falaises les moins propices, sont moins productifs [4]. La longévité maximale observée grâce aux données de baguage est d’environ 17 ans [bg59] et jusqu’à 20 ans en captivité [4].

Régime alimentaire
Le Faucon pèlerin se nourrit presque exclusivement d’oiseaux, du Roitelet huppé Regulus regulus, au Héron cendré Ardea cinerea qu’il capture en vol, avec une prédilection pour les espèces de taille petite à moyenne, comme le Pigeon ramier Columba palumbus, le Geai des chênes Garrulus glandarius, les étourneaux et les turdidés. Les espèces chassées varient en fonction du biotope et de la saison. Le dimorphisme sexuel joue aussi un rôle important dans le choix des proies. Mâle et femelle capturent souvent des espèces différentes en fonction de leurs tailles respectives. Les pigeons domestiques constituent une part importante du régime alimentaire, allant chez certains individus jusqu’à 20 à 60% là où ils abondent, surtout en période de reproduction. Il peut consommer des insectes en cas de prolifération (hannetons, sauterelles). Au crépuscule, il tente parfois la capture de chauves-souris. Les faucons pèlerins hivernant dans les zones humides capturent laridés, anatidés, ardéidés ou limicoles, et parfois des chauves-souris à l’automne.

Etat des populations et tendances d’évolution des effectifs
Le Faucon pèlerin a un statut de conservation favorable en Europe, où l’effectif nicheur est estimé entre 12 000 et 25 000 couples [bg2]. Un déclin catastrophique a cependant été observé à partir des années 1950 et 1960, dû au pillage des nids par les collectionneurs d’oeufs et les fauconniers, ainsi qu’aux persécutions directes associées, comme le tir. Peu après 1950, une nouvelle source de mortalité est apparue avec les pesticides organochlorés qui entraînaient l’empoisonnement ou la stérilité du Faucon pèlerin [2 ; 3]. En l’espace de deux décennies, les populations, jusque-là saines, vivant dans les pays industrialisés de l’hémisphère nord, ont diminué de 90% et même plus. Après 1960, des études ont mis en évidence la relation entre l’emploi de pesticides, plus particulièrement le DDT et ses dérivés, et la raréfaction du Faucon pèlerin. Aujourd’hui, après trente ans d’interdiction de l’usage de ces pesticides, les populations de Faucon pèlerin augmentent à nouveau dans les pays où l’espèce avait été la plus touchée : Grande-Bretagne, France, Irlande, Allemagne, Suisse et Finlande. Dans le sud de l’Europe, le Faucon pèlerin a moins souffert de l’empoisonnement par les pesticides, parce qu’ils y ont été utilisés plus tardivement et de façon plus localisée. Par contre, le tir et le pillage des nids par les fauconniers n’y a jamais cessé. En Turquie et en Albanie, des baisses des effectifs sont toujours enregistrées.

En France, l’effectif nicheur était considéré comme rare [bg53]. L’augmentation observée depuis une vingtaine d’années fait suite à la protection juridique de l’espèce et à l’interdiction de substances organochlorées très rémanentes utilisées dans les traitements phytosanitaires. Auparavant, un long déclin a failli mener ce rapace à l’extinction durant les années 1970, période durant laquelle moins de 100 couples survivaient dans notre pays. L’effectif national fait état de 1 100 à 1 400 couples territoriaux estimés en 2002 [bg66]. Cet effectif est toujours en progression, comme en témoigne les installations récemment découvertes sur les falaises de la Seine, la côte normande, dans des carrières en plaines et en villes. Le Faucon pèlerin réinvestit en particulier la quasi totalité des
territoires occupés avant les années 1950.

Menaces potentielles
Actuellement, l’espèce subit encore le préjudice de l’intervention humaine directe : tir, piégeage, capture, empoisonnement… [4]. Les menaces restent pour l’essentiel liées aux activités humaines : la dégradation des milieux, les risques d’électrocution et de collision sur les lignes électriques et les dérangements liés aux sports de pleine nature [bg53]. Les aménagements de falaises et le vol libre qui sont de plus en plus importants et réalisés sans concertation, font pesés des risques sur l'évolution future des populations de Faucon pèlerin. Les oiseaux ainsidérangés s’installent sur des falaises moins propices entraînant une baisse de productivité. Ce pourrait être une desexplications de l’irrégularité de la reproduction de certains couples.

Propositions de gestion
La surveillance des sites de nidification reste indispensable actuellement afin d’éviter le pillage des nids et le trafic d’oeufs. Afin d’éviter les perturbations, il est nécessaire d’éviter la fréquentation des falaises occupées en période de reproduction (février-juin). La chasse photographique aux abords des aires devrait également être réglementée [4]. Par ailleurs, une large concertation doit être menée pour canaliser le développement des sports de nature. Des campagnes d’information devraient être reprises pour contrecarrer la résurgence de l’hostilité aux rapaces et aux Faucon pèlerin en particulier, notamment face aux pressions de certains colombophiles qui souhaitent un déclassement de son statut d’espèce protégée depuis quelques années [bg53].
Enfin, la neutralisation des pylônes électriques dangereux, surtout à proximité immédiate des aires, est également une nécessité [bg53].

Etudes et recherches à développer
Une meilleure connaissance des territoires des couples et des sites fréquemment occupés (nids, reposoirs…) permettrait d’élaborer des mesures de gestion géographiquement plus adaptées. Un suivi de la reproduction sur un échantillon représentatif permettrait de comprendre les causes de la faible productivité pouvant être enregistrée sur certains sites, où le succès de la reproduction est nul certaines années.

Bibliographie
1. GENSBOL, B. (2005).- Guide des rapaces diurnes. Europe, Afrique du Nord et Moyen-Orient. Les Guides du Naturaliste Delachaux & Niestlé, Paris. 403 p.
2. LINDBERG, P., SELLSTRÖM, U., HAGGBERG, L. & DE WIT, C.A. (2004).- Higher brominated diphenyl ethers and hexabromocyclododecane found in eggs of peregrine falcons (Falco peregrinus) breeding in Sweden. Environmental science & technology 38(1): 93-96.
3. MERINO, R., BORDAJANDI, L.R., ABAD, E., RIVERA, J. & JIMENEZ, B. (2005).- Evaluation of organochlorine compounds in peregrine falcon (Falco peregrinus) and their main prey (Columba livia) inhabiting central Spain. Environmental toxicology and chemistry 24(8): 2088-2093.
4. MONNERET, R.J. (2005).- Le faucon pèlerin. Description, moeurs, observation, protection, mythologie…. Delachaux et Niestlé, Paris. 224 p.
5. RATCLIFFE, D. (1993).- The Peregrine Falcon. Second edition. Princeton University Press, New York. 456 p.

Source : Cahiers d'Habitats "Oiseaux", sous presse, La Documentation française

Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2017