VisionatureVisionature
Visiteur Anonyme  
Accueil
Consulter
 - 
Accueil
Information
 - 
Toutes les nouvelles
 - 
Sur votre agenda
  Aide
    - 
les FAQs
Qu'est-ce que l'observatoire rapaces ?
 - 
Généralités
  Protocoles
    - 
Protocole
    - 
Stratégies de dénombrement
    - 
Conseils/indications
  Organisation
    - 
Coordination nationale
    - 
Coordination locale
    - 
Participation
    - 
Planning
    - 
Déduction d'impôts
 - 
Méthodologie et analyses statistiques
  Résultats
    - 
Résultats 2004-2007
    - 
Résultats 2008
    - 
Résultats 2009
    - 
Résultats 2010 : Précisions sur la méthode avec différentes approches !
    - 
Les rapaces et leur conservation : la science, le citoyen et le chercheur.
    - 
Résultats 2011 : Bilan de 2005 à 2010 : Tendance sur 7 espèces de rapaces !
    - 
Résultats 2012 : Les populations de Buse variable et Faucon crécerelle sont en déclin en France !
    - 
Zoom sur l'Autour des palombes
    - 
Résultats 2013 : Un outil dédié au suivi des rapaces nicheurs diurnes de France !
    - 
L'Observatoire rapaces : ça continue !
    - 
Résultats 2014 : Tendances des populations de rapaces diurnes nicheurs en France entre 2000 et 2013.
    - 
Résultats 2015 : Bilan 2014 et focus sur le faucon crécerelle !
L'enquête Rapaces nocturnes (2015-2017)
  Généralités
    - 
Introduction
    - 
Objectifs
  Les rapaces nocturnes de France
    - 
Chevêche d'Athéna
    - 
Chevêchette d'Europe
    - 
Chouette de Tengmalm
    - 
Chouette hulotte
    - 
Effraie des clochers
    - 
Grand-duc d'Europe
    - 
Hibou des marais
    - 
Hibou moyen-duc
    - 
Petit-duc scops
    - 
Autres espèces
    - 
Outils de sensibilisation
  Matériel et méthodes
    - 
Matériel
    - 
Échantillonnage
    - 
Protocole
    - 
Conseils / Indications
  Organisation - Coordination
    - 
Coordination nationale
    - 
Coordination locale
    - 
Déduction d'impôts
  Participer
    - 
Transmettre mes données
  Résultats divers
    - 
Bilan intermédiaire 2015-2017
L'enquête nationale Busards (2010-2011)
 - 
Généralités
 - 
Protocole
 - 
Organisation/participation
 - 
Résultats
L'enquête nationale Milan royal (2008)
 - 
Généralités
 - 
Protocole
 - 
Organisation/participation
 - 
Résultats
L'enquête Rapaces (2000-2002)
 - 
Introduction
 - 
Organisation
 - 
Méthodologie et analyses statistiques
 - 
Cartes de répartition
 - 
Analyses et conclusions
Connaître les rapaces diurnes de France
 - 
Généralités
 - 
Identifier et reconnaître les rapaces
 - 
Suivi des rapaces
  Portraits de rapaces
    - 
Aigle botté
    - 
Aigle de Bonelli
    - 
Aigle royal
    - 
Autour des palombes
    - 
Balbuzard pêcheur
    - 
Bondrée apivore
    - 
Busard cendré
    - 
Busard des roseaux
    - 
Busard Saint-Martin
    - 
Buse variable
    - 
Circaète Jean-le-Blanc
    - 
Elanion blanc
    - 
Epervier d'Europe
    - 
Faucon crécerelle
    - 
Faucon crécerellette
    - 
Faucon hobereau
    - 
Faucon kobez
    - 
Faucon pèlerin
    - 
Gypaète barbu
    - 
Milan noir
    - 
Milan royal
    - 
Vautour fauve
    - 
Vautour moine
    - 
Vautour percnoptère
Les contacts et partenaires
Documents et liens
Conseils / Indications

Guide complémentaire quant aux reports de données sur les cartes et fiches de terrain

Ce guide vient compléter le protocole de l’enquête nationale. Il est à destination de l’ensemble des personnes ayant fait le choix de participer aux recensements des rapaces nocturnes nicheurs sur le territoire français et des espèces détectables de nuit par leurs vocalises. Ce guide a pour objectif principal d’aider les prospecteurs lors de la récolte de données sur le terrain. Par des exemples concrets, chacune des différentes étapes du recueil d’informations est détaillée et explicitée à partir d’une fiche et d’une carte de terrain ci-dessous, travail effectué sur la région Poitou-Charentes par Damien Chiron (GODS) depuis l’année dernière.

http://files.biolovision.net/observatoire-rapaces.lpo.fr/userfiles/EnquteRapacesNocturnes/carteNiort.jpg

 

http://files.biolovision.net/observatoire-rapaces.lpo.fr/userfiles/EnquteRapacesNocturnes/FicheterrainnocturnePC2013EXEMPLEVF.jpg

http://files.biolovision.net/observatoire-rapaces.lpo.fr/userfiles/EnquteRapacesNocturnes/SCHEMAREPASSE.png

Exemple du déroulement d'un point d'écoute avec utilisation de la repasse (durée totale 8 minutes)

Remarque : le croquis présenté ci-dessus correspond à un exemple du déroulement d’un point d’écoute du premier passage en absence du Grand-duc d’Europe (codée « AM_1 »). La bande son du second passage est modifiée du fait que la repasse de Chouette Hulotte est remplacée par la repasse du Petit-duc scops, qui est par ailleurs placée en première repasse sur cette seconde bande son (codée « AM_2 »). Ces bandes sons, composées de temps de repasses bien définis, sont séparées par des temps d’écoute également précis, ce qui va vous offrir des repères importants pendant l’écoute.

COMMENTAIRES EXPLICATIFS des exemples de la fiche terrain et de sa carte respective présentée ci-dessus

 

  • POINT 19

Arrivée, sur le point d’écoute ; commencez par préparer votre matériel de repasse : allumez votre MP3 en laissant le volume sonore par défaut. Montez le volume sonore de l’enceinte à l’aide de la molette jusqu’à ce que le son soit clairement audible et identifiable. Renseignez le numéro du point, la date, l’heure du début d’écoute ainsi que les conditions météorologiques. Une fois ceci effectué, lancez alors la bande son.

Dans l’exemple présenté ici, le premier point d’écoute (Point n°19) débute à 21h02 (au moment où est lancé le 1er bip de la repasse). Attendez le commencement d’une nouvelle minute pour lancer le début du point d’écoute :

  1. Sur ce point 19, rien n’est alors entendu durant la «phase 1», correspondant aux 2 premières minutes d’écoute, ni lors la «phase 2» (c'est-à-dire durant les 30 secondes de repasse Chevêche + 30 secondes d’écoute suivante).
  2. Il faudra alors attendre «la phase 3», où 2 individus différents de Hibou moyen-duc sont entendus (à la suite ou durant la repasse moyen-duc). Puisque il s’agit des deux premiers Hiboux moyen-ducs contactés sur le point, renseignez alors leurs codes individus respectifs dans le champ « Code individu » de la fiche terrain soit : M1 («M» pour Hibou-moyen-duc et «1» puisqu’il s’agit du premier moyen-duc entendu sur le point.

N’oubliez pas : une ligne concerne un individu, une seconde ligne doit être renseignée avec M2 dans le champ «Code individu» («M» pour Hibou-moyen-duc et «2» puisqu’il s’agit du second Moyen-duc contacté sur le point).

Etant donné que ces 2 individus chantent durant cette 3ème phase d’écoute, indiquez pour chacun d’eux «CHANT» dans la colonne «Phase 3 / Vocalises» de la fiche terrain et si possible, précisez leur sexe (dans cet exemple, il s’agit d’un mâle «M» et d’une femelle «F»).

Durant la phase 4 (c'est-à-dire pendant la repasse Effraie et/ou les 30 secondes d’écoute suivantes), un des deux Moyen-ducs (le «M1») est recontacté, cette fois-ci en émettant des cris. Indiquez alors sur sa ligne respective et dans la colonne «Phase 4 / Vocalises» : «CRIS».

IMPORTANT : Un ou des individu(s) contacté(s) uniquement durant l’une des différentes phases de repasse est (sont) à renseigner dans le temps d’écoute suivant cette repasse.

Exemple : si une Chevêche d’Athéna chante uniquement pendant la repasse «Moyen-duc», elle sera renseignée dans la colonne «Phase 3 / Vocalises» comme chanteuse : «CHANT».

Notons (toujours dans l’exemple de la fiche terrain présentée en page précédente) que l’observateur a par la suite entendu la parade de ce couple. Il renseigne donc dans le champ «Remarques» : «Parade avec M1» sur la ligne de «M2».

        3. Ensuite, positionnez ces individus sur la carte de terrain à l’endroit où ils ont été respectivement entendu (cf. carte                      terrain ci-dessus), le plus précisément possible à l’aide d’une croix, et en veillant à bien les rattacher au point d’écoute               auquel ils ont été entendus par un TRAIT.

        4. Afin de distinguer la position de chaque individu entendu sur le point et de permettre la correspondance avec la fiche                   terrain, ajoutez impérativement le code individu sur la carte à côté de la croix correspondante (Cf. carte terrain ci-                       dessus). Dans l’exemple du point 19 : « M1 » et « M2 ».

 

  • POINT 14

À chaque commencement d’un nouveau point d’écoute, le numéro d’individu (1, 2, 3…) suivant le code espèce, redémarrent à 1 pour chacune des espèces.

Commencez par renseigner le numéro du point, la date, les conditions météorologiques ainsi que l’heure du début d’écoute en veillant à bien lancer la bande son au commencement d’une nouvelle minute (dans ce cas-ci à 21:20) ; Ajustez le volume sonore tout comme sur le point 19 pour que l’amplification lors de l’émission soit identique.

  1. Durant la phase 1, c’est à dire avant toute repasse, un mâle de Chouette hulotte chante. Ainsi, en suivant la même logique de recueil de données que sur le point 19, renseignez «H1» (1ère Chouette hulotte du point 14) dans la colonne «Code individu», et indiquez «CHANT» dans la colonne «Phase 1 / Vocalises». Enfin, précisez le sexe (si possible) dans le champ «Sexe» de la fiche terrain.
  2. Puis, localisez le plus précisément possible (à l’aide d’une croix) l’emplacement de cet individu sur la carte de terrain sans oublier de l’accompagner de son code individu «H1» et de le relier au point auquel il a été entendu (point 14).
  3. Durant la phase 2 ce même individu (H1 du point 14) continue de chanter au même endroit, renseignez alors toujours sur la même ligne, qu’il chante (CHANT) dans le champ «Phase 2 / Vocalises». (cf. fiche terrain ci-dessus).
  4. Lors de cette même phase de repasse et d’écoute (phase 2), deux Chevêches d’Athéna sont entendues. Complétez alors 2 nouvelles lignes ; l’une pour «C1» (Chevêche n°1 du point 14) où l’individu chante et une seconde ligne pour «C2» (Chevêche n°2 du point 14) qui chante également (cf. «CHANT» dans la colonne «Phase 2 / Vocalises»). Tout comme pour la Chouette hulotte, renseignez si possible leur sexe dans la colonne prévue à cet effet.
  5. Puis localisez, toujours de façon la plus précise possible à l’aide d’une croix, l’emplacement présumé de chacune de ces chevêches d’Athéna, en renseignant également à proximité leur code individu correspondant : «C1» et «C2» (Cf. carte terrain page précédente). Ne pas oublier de relier ce contact à son point d’écoute correspondant.
  6. Notons que la «C1» du point 14 chante encore lors de la phase 3 («CHANT» dans la colonne «Phase 3 / Vocalises»), et crie durant la phase 4 («CRIS» dans la colonne «Phase 4 / Vocalises»). Tandis que la «C2» du point 14 se manifestera une dernière fois durant le point d’écoute en phase 5 par des cris («CRIS» dans la fiche terrain inscrit sur la ligne de l’individu «C2». Tant qu’un individu est contacté toujours au même emplacement, ne rajoutez rien sur la carte de terrain une fois que sa localisation est précisée avec son code individu à proximité et le trait reliant cet emplacement au point d’écoute correspondant.
  7. IMPORTANT : CAS D’UN MÊME INDIVIDU CONTACTE A PLUSIEURS ENDROITS SUR UN POINT D’ECOUTE. Si vous pensez que le même individu se déplace au cours du point d’écoute (ce qui le cas de la Chouette hulotte 1 du point 14 : «H1») soit parce qu’il se manifeste à deux postes de chant relativement proches ou parce que vous l’avez vu se déplacer, RENSEIGNEZ ALORS UNE NOUVELLE LIGNE SUR LA FICHE TERRAIN en indiquant comme code individu «H1 bis» et le types de vocalises émises depuis ce nouveau poste de chant (cf. carte terrain ci-dessus). Précisez également dans le champ «Remarques» qu’il s’agit bien du même individu que «H1»: «MEME INDIVIDU QUE H1». Sur la carte de terrain, indiquez la nouvelle localisation de ce même individu par une croix rattachée au point d’écoute par un trait et complétée IMPERATIVEMENT du nouveau code individu : «H1 bis».
  8. Cas d’un individu déjà contacté sur un autre point d’écoute effectué auparavant : Il se peut, durant une même soirée de recensement, qu’un individu déjà contacté sur un point se manifeste de nouveau sur un des points voisins. Concrètement, dans l’exemple présenté ci-dessus : au point N° 15, lors de la phase 3, la «C3» (c’est-à-dire le 3ème individu de Chevêche d’Athéna contacté sur le point 15) avait déjà été entendue sur le point 14 ; complétez alors une nouvelle ligne pour cet individu sur le point 15 en précisant dans le Champ « Remarques » qu’il s’agit de la même Chevêche d’Athéna : «même que C2 du point 14». Sur la carte de terrain, il vous suffira ensuite de rajouter «C3» à côté de l’emplacement de «C2» et en veillant à bien relier ce même emplacement par un nouveau trait au point 15 puisque vous avez réentendu cette Chevêche d’Athéna depuis le point d’écoute n°15 (cf. carte de terrain).

 

  • POINT 9

Cas d’absence de contact sur le point d’écoute : Si aucun individu n’est entendu ou vu durant le point d’écoute, renseignez obligatoirement UNE LIGNE avec l’heure de début d’écoute et les conditions météorologiques. Indiquez à la fin du point d’écoute «RAS» dans le champ «Code Individu» de la fiche terrain.

 

  • POINT 10

Cas d’un individu vu mais n’émettant pas de vocalise : Sur le point d’écoute n°10, et ceci lors de la 1ère phase, un individu d’Effraie des clochers est vu en vol sans émettre de vocalise. Indiquez alors dans la colonne «Code individu» : «E1» et dans la colonne «Phase 1 / Vocalises» : «MUET». Puis, précisez dans le champ «Remarques» que vous avez vu cet individu : «VU». Pour finir, localisez cet individu sur la carte de terrain en respectant la même logique de renseignements que pour les autres individus (croix, Code Individu, et trait reliant l’emplacement au point d’écoute) et ainsi de suite pour les autres points d’écoute…

http://files.biolovision.net/observatoire-rapaces.lpo.fr/userfiles/EnquteRapacesNocturnes/GuidecomplmentairequantauxreportsdedonnessurlescartesetfichesdeterrainVFPage1.jpg

Pour vous faciliter la lecture du document, vous pouvez le télécharger en cliquant sur ce lien.

Voilà j’espère que ces quelques exemples concrets vont vous aider à remplir ces fiches de terrain, dans tous les cas, si vous avez quelques doutes n’hésitez pas à contacter directement votre coordinateur local, ou par la suite le coordinateur national de l’enquête. J'en profite également pour vous remettre le lien pour télécharger la fiche terrain, veuillez cliquez ici.

 

Indications complémentaires au protocole

 

Quel matériel peut-on utiliser pour faire la repasse (ou pour suivre l’enquête rapaces nocturnes) ?

D'une manière générale, on peut utiliser le matériel que l’on peut et que l’on a à disposition mais l’idéal est bien sûr de d'utiliser l’enceinte Radioshack, matériel de référence, avec les bandes MP3 fournies.  Autrement dit, utiliser les kits qui vous ont été envoyés et fournis par la coordination nationale.

Dans tous les cas, il convient d’utiliser une enceinte externe alors suffisamment puissante pour être audible à plusieurs centaines de mettre par un rapace nocturne toute en conservant une bonne qualité sonore (bonne restitution du son). Vous avez un exemple de modèle supplémentaire dans l'onglet "Matériel" un peu plus haut sur ce même site internet.

Comme annoncé dans le protocole, la repasse depuis l’auto radio des voitures est à proscrire, tout comme celle des Iphones ou autres téléphone mobiles dont l’enceinte interne n’est pas suffisamment puissante.

Dans tous les cas, le matériel de repasse utilisé doit être impérativement renseigné sur la fiche Terrain.

 

Quel volume sonore dois-je mettre au début de mon point d'écoute et également lors des différents points suivants ?

Tout d'abord, la repasse de ce protocole doit être émise à volume constant sur l'ensemble du ou des points d'écoute. Les bandes sonores ont toutes été préparées et calibrées afin que le volume sonore restitué par le matériel coincide à une émission sonore la plus similaire possible et ainsi limiter les biais. Si cela est difficile de s'en approcher, le réglage le plus simple d’un point de vue logistique est de la régler à l’oreille avec l’expérience de chacun quant à la puissance des vocalises émises...Il faut que le niveau sonore soit suffisamment élevé pour être entendu à plusieurs centaines de mètres par un rapace nocturne, autrement dit que le son ne se noie pas du tout dans l’ambiance sonore extérieur mais bien qu’il ressorte… Ça ne sert à rien non plus de la mettre trop fort à se percer les tympans. Le juste milieu qui peut être utile est lors de l’émission de l’Effraie des clochers où le son doit être à la limite du supportable quand celle-ci est émise à bout de bras en direction de l’observateur. Par exemple, mettre l'enceinte Radioshack au niveau maximal et par la suite régler le son du MP3 à 20 puis remonter ou descendre selon les grésillements ou la saturation du son !

 

Peut-on changer de bandes sonores au sein d’un département qui a une topographie complétement différentes du nord au sud par exemple, ce qui joue sur la présence des espèces ?

Au sein d’un département forcément la topographie est très marqué parfois, l’entrée « habitats » n’est donc pas suffisante...Dans ce cas, il est bien évident que si la topographie et les habitats rencontrés sont différents, il est alors possible de changer de bande sonore en accord avec le coordinateur départemental et ou régional, plutôt que de se limiter à une seul bande sonore par passage, surtout si les espèces émises sur celle-ci ne sont pas adaptées au milieu prospecté. Dans tous les cas, la bande sonore utilisée lors de chacun des passages doit être impérativement renseignée sur la Fiche de terrain.

 

Peut-on changer, au sein d'un même carré, de séquence d'un point d'écoute à un autre selon l'environnement ?

Comme la question précédente, la question se pose sur un département mais aussi sur un même carré, on peut avoir des plateaux bocagers qui côtoient des forêts de montagne supérieur à 1000 m d’altitude dans lesquelles les chouettes Tengmalm/Chevêchette y sont présentes mais aussi les chouettes Chevêche/Effraie. En se situant à l’échelle du point d’écoute, ce point est plus délicat mais au vue de la remontée de ces cas, qui doivent néanmoins rester rares, c’est bien sûr possible à condition de bien changer de bande sonore uniquement lorsque l’on change complètement d’unité paysagère dominante afin que l’on ne se retrouve pas avec 4 bandes sonores différentes utilisées lors d’un même passage sur un même carré.

Cela doit être de nouveau valider par le coordinateur régional et/ou départemental et dans ce cas-ci , la bande sonore utilisée doit être renseignée sur chacun des points d’écoute.

 

Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2017