VisionatureVisionature
Visiteur Anonyme  
Accueil
Consulter
 - 
Accueil
Information
 - 
Toutes les nouvelles
 - 
Sur votre agenda
  Aide
    - 
les FAQs
Qu'est-ce que l'observatoire rapaces ?
 - 
Généralités
  Protocoles
    - 
Protocole
    - 
Stratégies de dénombrement
    - 
Conseils/indications
  Organisation
    - 
Coordination nationale
    - 
Coordination locale
    - 
Participation
    - 
Planning
    - 
Déduction d'impôts
 - 
Méthodologie et analyses statistiques
  Résultats
    - 
Résultats 2004-2007
    - 
Résultats 2008
    - 
Résultats 2009
    - 
Résultats 2010 : Précisions sur la méthode avec différentes approches !
    - 
Les rapaces et leur conservation : la science, le citoyen et le chercheur.
    - 
Résultats 2011 : Bilan de 2005 à 2010 : Tendance sur 7 espèces de rapaces !
    - 
Résultats 2012 : Les populations de Buse variable et Faucon crécerelle sont en déclin en France !
    - 
Zoom sur l'Autour des palombes
    - 
Résultats 2013 : Un outil dédié au suivi des rapaces nicheurs diurnes de France !
    - 
L'Observatoire rapaces : ça continue !
    - 
Résultats 2014 : Tendances des populations de rapaces diurnes nicheurs en France entre 2000 et 2013.
    - 
Résultats 2015 : Bilan 2014 et focus sur le faucon crécerelle !
L'enquête Rapaces nocturnes (2015-2017)
  Généralités
    - 
Introduction
    - 
Objectifs
  Les rapaces nocturnes de France
    - 
Chevêche d'Athéna
    - 
Chevêchette d'Europe
    - 
Chouette de Tengmalm
    - 
Chouette hulotte
    - 
Effraie des clochers
    - 
Grand-duc d'Europe
    - 
Hibou des marais
    - 
Hibou moyen-duc
    - 
Petit-duc scops
    - 
Autres espèces
    - 
Outils de sensibilisation
  Matériel et méthodes
    - 
Matériel
    - 
Échantillonnage
    - 
Protocole
    - 
Conseils / Indications
  Organisation - Coordination
    - 
Coordination nationale
    - 
Coordination locale
    - 
Déduction d'impôts
  Participer
    - 
Transmettre mes données
  Résultats divers
    - 
Bilan intermédiaire 2015-2017
L'enquête nationale Busards (2010-2011)
 - 
Généralités
 - 
Protocole
 - 
Organisation/participation
 - 
Résultats
L'enquête nationale Milan royal (2008)
 - 
Généralités
 - 
Protocole
 - 
Organisation/participation
 - 
Résultats
L'enquête Rapaces (2000-2002)
 - 
Introduction
 - 
Organisation
 - 
Méthodologie et analyses statistiques
 - 
Cartes de répartition
 - 
Analyses et conclusions
Connaître les rapaces diurnes de France
 - 
Généralités
 - 
Identifier et reconnaître les rapaces
 - 
Suivi des rapaces
  Portraits de rapaces
    - 
Aigle botté
    - 
Aigle de Bonelli
    - 
Aigle royal
    - 
Autour des palombes
    - 
Balbuzard pêcheur
    - 
Bondrée apivore
    - 
Busard cendré
    - 
Busard des roseaux
    - 
Busard Saint-Martin
    - 
Buse variable
    - 
Circaète Jean-le-Blanc
    - 
Elanion blanc
    - 
Epervier d'Europe
    - 
Faucon crécerelle
    - 
Faucon crécerellette
    - 
Faucon hobereau
    - 
Faucon kobez
    - 
Faucon pèlerin
    - 
Gypaète barbu
    - 
Milan noir
    - 
Milan royal
    - 
Vautour fauve
    - 
Vautour moine
    - 
Vautour percnoptère
Les contacts et partenaires
Documents et liens
Chevêche d'Athéna

Chevêche d’Athéna, Athene noctua (Scopoli, 1769)

Synonyme : Chouette chevêche

Classification (Ordre, Famille) : Strigiforme, Strigidés

 

Description de l’espèce

La Chevêche d’Athéna fait partie des rapaces nocturnes les plus petits de France. Elle est de la taille d’un Merle noir Turdus merula mais beaucoup plus trapue. De couleur brun roux, elle est ponctuée de taches crème à l’exception de sa gorge claire visible lorsque l’oiseau est dressé. A l’arrière de la nuque, elle présente un V blanchâtre. Les yeux des adultes sont jaune citron avec une pupille noire alors que ceux des jeunes sont verdâtres avec une pupille plus terne. Les tarses emplumés sont blanc cassé. Les mâles sont légèrement plus petits que les femelles. Cette différence se traduit par une longueur d’aile pliée de 163 cm [158-169] pour les mâles et de 166 cm [161-173] pour les femelles (BAKER, 1993). La différence de poids la plus significative entre les sexes étant relevée en période de reproduction. La mue postnuptiale des adultes, complète, débute en générale au moment de l’indépendance des jeunes (ou lors de l’éclosion pour les nicheurs tardifs), et se termine vers début septembre à début octobre. Celle des juvéniles est partielle (CRAMP, 1988).

Au minimum 22 cris et chants ont été recensés chez l’espèce. Le chant le plus caractéristique étant du style interrogatif et le cri le plus typique rappelle un miaulement (Tous les oiseaux d’Europe, J-C ROCHE, CD 3/plage 14).

Longueur totale du corps : 21-23 cm. Poids : 160 à 170 g pour les mâles et 170 à 180 g pour les femelles.

 

Difficulté d’identification (similitudes)

En France, la Chevêche d’Athéna pourrait être confondue uniquement avec la Chevêchette d’Europe Glaucidium passerinum. Cette dernière fréquente des habitats différents (massif forestier) à des altitudes supérieures a celles occupées pas la chevêche. Eventuellement, certains cris émis par la Chouette hulotte Strix aluco évoquent ceux de la chevêche.

 

Répartition géographique

L’aire de répartition de la Chevêche d’Athéna s’étend à travers une grande partie du Paléarctique puisqu’elle est présente du bassin méditerranéen à la Chine. En dehors de son aire originelle, l’espèce a été introduite en 1870 en Angleterre ainsi qu’en 1906 en Nouvelle-Zélande (GLUE & SCOTTE, 1980). Polytypique, 12 sous-espèces ou races ont été décrites (CRAMP., 1988).

En France, deux sous-espèces seraient présentes : A. n. vidalli sur le continent et A. n. noctua en Corse. En France métropolitaine, l’espèce se répartit sur l’ensemble du territoire mais ne l’occupe pas de façon uniforme. Elle évite les massifs montagneux au dessus de 1200 mètres et les zones fortement boisées (JUILLARD et al., 1990). C’est dans le massif central et plus particulièrement sur les plateaux de l’Aubrac où l’espèce est notée le plus haut en altitude (1400 mètres d’altitude). Si l’espèce est absente des îles Bretonnes, elle est commune sur les îles de la façade atlantique (Ile d’Oléron, Ile de Noirmoutier, etc.). Concernant la population, l’espèce semble rare et localisée (GENOT in YEATMAN-BERTHELOT & JARRY, 1994).

 

Biologie

Ecologie

La Chevêche d’Athéna occupe une grande diversité d’habitats. Ils peuvent être associés à 4 grands types : les pâturages humides à Saule têtards présents dans les bocages de l’ouest et du nord, les secteurs de polyculture et d’élevage avec vergers traditionnels hautes tiges (pommiers, poiriers, pruniers) comme ceux d’Alsace ou de Normandie, les vastes pâturages et pelouses sèches du massif Central comme les Causses ou le plateau de l’Aubrac et les zones de polycultures avec des îlots favorables à l’espèce à proximité des villages, des maisons ou des exploitations agricoles comme c’est le cas dans de nombreuses régions de France. L’ensemble des habitats occupés par la Chevêche ont pour point commun de présenter un climat peu rigoureux permettant le maintien de l’espèce en hiver avec notamment une accessibilité aux proies tout au long des saisons, en nombre suffisant et accessibles. Ces habitats doivent aussi comporter des supports verticaux comprenant des cavités pour la nidification, des perchoirs permettant à l’espèce de chasser à l’affût et doivent présenter une pression de prédation limitée sur les jeunes (GENOT & VAN NIEUWENHUYSE, 2002). La présence d’herbage à proximité des sites de nidification semble déterminante pour l’espèce (EXO, 1983 ; ILLE, 1996). L’existence de grandes parcelles agricoles à proximité des sites de reproduction est interprétée négativement ou positivement selon les auteurs (BRETAGNOLLE et al., 2001 ; VAN NIEUWENHUYSE & BEKAERT, 2001 ; BLACHE, 2005).

Comportement

En France, la Chevêche d’Athéna est une espèce considérée comme sédentaire. Le baguage montre des déplacements à faible distance ne dépassant pas les 40 kilomètres. Ceci étant valable pour les jeunes et les adultes (GENOT & VAN NIEUWEHUYSE, 2002). Des analyses génétiques semblent mettre en évidence des déplacements beaucoup plus importants avec notamment des échanges entre les différents noyaux de population (BOUCHY et al., 2004).

Reproduction et dynamique de population

L’âge d’accession à la reproduction est d’environ 1 an (CRAMP, 1988).

Territoriale, la chevêche se reproduit dans une grande diversité de cavités. Dans son habitat originel, elle niche dans des crevasses de falaise ainsi que dans des trous d’arbre creux. Dans les milieux anthropiques, elle occupe volontiers les vergers (pommiers, poiriers, pruniers, noyers) mais également les saules et mûriers têtards. Elle niche aussi volontiers dans les bâtiments ainsi que dans des nichoirs. La ponte intervient généralement entre début avril et mi-mai selon les région et les années, la majorité se déroulant dans le courant d’avril (ULLRICH, 1980 ; JUILLARD, 1984). Trois à cinq œufs sont en général pondus par couple nicheur. La taille des pontes semblerait augmenter d’ouest en est (EXO, 1992). Après une phase d’incubation de 27 à 28 jours, les jeunes s’envolent au bout de 30 à 35 jours après l’éclosion. Les jeunes sont encore alimentés par les parents environ 1 mois après l’envol. En générale, l’espèce ne produit qu’une seule nichée, avec parfois une ponte de remplacement en cas de perte de la première (CRAMP, 1988).

Le taux d’éclosion varie de 48 à 85%. Le nombre de jeunes à l’envol par couple nicheur oscille entre 2 et 4 en moyenne (JUILLARD, 1984 ; GENOT, 1988). La prédation naturelle des pontes et des poussins par la Fouine Martesfouina ainsi que la compétition avec la Chouette hulotte peuvent être un facteur limitant la démographie et la disponibilité en sites favorables à l’espèce (SCHWARZENBERG, 1970 ; ULLRICH, 1980 ; GENOT, 1995).

Les chevêches atteignent une longévité maximum de 16 ans.

En France, les densités de chevêches sont comprises généralement entre 0,5 et 1 couples au km². Elles peuvent être localement très élevées. Des densités de 6 couples au km² ont été relevées en plaine de Scarpe et de l’Escaut sur des surfaces ne dépassant pas deux km² (LECCI et al. in GENOT, 1992).

Régime alimentaire

La Chevêche d’Athéna chasse à l’affût depuis un perchoir ou en vol sur place et capture ses proies au sol. Son régime alimentaire varie en fonction des habitats, au cours des saisons et dépend également de la spécialisation de certains individus. Pour autant, il est composé principalement de 4 catégories : les micromammifères, les oiseaux, les insectes et les lombrics. Durant la période d’élevage des jeunes il est composé en biomasse entre 28 et 65 % de micromammifères, entre 20 et 58 % de lombrics, entre 5 et 10% d’oiseaux et entre 3 et 16 % d’insectes (JUILLARD, 1984 ; VAN ZOEST & FUCHS, 1988 ; BLACHE, 2001). Parmi les mammifères, le Campagnol des champs Microtus arvalis constitue la proie principale en Europe centrale (GLUTZ VON BLOTZEIM & BAUER, 1980). Cette prédominance se retrouve également dans le sud est de la France dans des régions où ce campagnol n’est pourtant pas le plus abondant (BLACHE, 2005). En juin/juillet et jusqu’en octobre, l’espèce consomme de gros orthoptères. La consommation de lombrics serait plus importante durant les années pluvieuses.

 

Etat des populations et tendances d’évolution des effectifs

La Chevêche est considérée comme « En Déclin », continu mais modéré, en Europe (BIRDLIFE INTERNATIONAL, 2004). Les effectifs européens sont estimés entre 560 000 et 1 300 000 couples.

En France, l’espèce est inscrite en Liste Rouge dans la catégorie « En Déclin » (ROCAMORA & YEATMAN-BERTHELOT, 1999). Les effectifs ont été estimés entre 11 000 & 35 000 couples (GENOT & LECOMTE, 1998). Ils ont été réévalués entre 20 000 et 60 000 couples par BIRDLIFE INTERNATIONAL (2004).

 

Menaces potentielles

Plusieurs causes ont été identifiées pour expliquer le déclin de l’espèce en France. La première est la destruction de son habitat liée entre autres aux conséquences des remembrements, mais aussi à la mise en culture des prairies, à la suppression des vergers traditionnels, à l’urbanisation ainsi qu’à la destruction des sites de reproduction par démolition des vieux bâtiments et arrachage des arbres creux, ou arasement des talus (GASSMAN et al., 1994 ; LECOMTE, 1995 ; GENOT in ROCAMORA & YEATMAN-BERTHELOT, 1999 ; VAN’T HOFF, 2001).

Les pollutions liées d’une part à l’utilisation de pesticides agricoles qui provoque un appauvrissement en proies (GASSMAN et al., 1994 ; GENOT in ROCAMORA & YEATMAN-BERTHELOT, 1999) et d’autre part aux métaux lourds et hydrocarbures ayant des impacts sur le taux d’éclosion (GASSMAN et al., 1994 ; GENOT et al., 1995) ont également été impliquées.

La mortalité des jeunes et des adultes due à l’impact du trafic routier a également été mis en évidence (HERNANDEZ, 1988 ; CLECH’H, 2001). De même, les poteaux téléphoniques creux, dans lesquels les chevêches sont piégées ainsi que les abreuvoirs métalliques où les oiseaux se noient sont considérés comme des causes de menace (LECOMTE, 1995).

Enfin la fragmentation des populations réduisant les échanges entre individus augmente les risques de consanguinité des petites populations isolées (GENOT, 1990 ; LECOMTE, 1995 ; LETTY et al., 2001).

 

Propositions de gestion

Depuis 1999, la Chevêche d’Athéna fait l’objet d’un plan de restauration national. Ce plan a mis en évidence une réelle difficulté dans la mise en place de mesures de conservation efficaces. En effet, l’essentiel des populations de chevêches sont présentes dans des habitats dont la valeur patrimoniale n’est pas reconnue par les institutions. A cela s’ajoute la plasticité écologique de l’espèce qui nécessite des diagnostics locaux permettant d’identifier les enjeux et menaces. La stratégie de conservation évoquée dans le livre rouge des oiseaux menacés (GENOT in ROCAMORA & YEATMAN-BERTHELOT, 1999) devrait être généralisée à l’ensemble du territoire national, avec toutefois quelques bémols car il convient dans un premier temps d’identifier des zones couvrant d’importantes surfaces où l’espèce est encore abondante :

- Sur ces zones « réservoir », des mesures agro-environnementales favorables à la conservation des habitats devront être mises en place. Ces mesures ne pourront être que locales et devront être identifiées par un diagnostic précis. Elles peuvent se concrétiser par le maintien des prairies, l’entretien des saules et des mûriers têtards, la plantation d’arbres fruitiers hautes tiges. Une meilleure prise en considération de l’espèce par les gestionnaires de l’espace comme les parcs naturels régionaux permettrait une meilleure mise en œuvre de ce type d’action. Une réduction de l’utilisation des pesticides est aussi nécessaire.

- À ces mesures, il convient d’assurer un soutien aux populations en fort déclin qui peut passer par la pose de nichoirs. Les expériences de renforcement des populations à partir d’individus élevés en captivité n’ont pas été couronnées de succès (GENOT & STURM, 1996).

Les suivis à long terme menés par les parcs naturels régionaux ont encouragé de nombreuses structures à faire de même. En région Rhône-Alpes, un observatoire a été mis en place par le Centre Ornithologique Rhône-Alpes. Il couvre 7 départements. L’ensemble de ces suivis étant synthétisés par le groupe francophone chevêche, qui regroupe l’ensemble des ornithologues des gestionnaires travaillant sur l’espèce. Ce groupe est piloté par la mission rapace de la Ligue de Protection des Oiseaux.

 

Etudes et recherches à développer

Il apparaît déterminant pour le futur d’avoir une connaissance plus approfondie de l’évolution des populations. Ainsi, le suivi des populations de chevêche à partir d’un protocole standardisé est une nécessité. Il est également important d’encourager les suivis démographiques des populations (succès de la reproduction, survie).

 

Vous pouvez retrouver cette fiche "Espèces", plus en détail, dans les Cahiers d'habitats Natura 2000 : Tome 8 Oiseaux, en cliquant sur le lien suivant : http://inpn.mnhn.fr/docs/cahab/fiches/Cheveche-d_athena.pdf.

Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2018