VisionatureVisionature
Visiteur Anonyme  
Accueil
Consulter
 - 
Accueil
Information
 - 
Toutes les nouvelles
 - 
Sur votre agenda
  Aide
    - 
les FAQs
Qu'est-ce que l'observatoire rapaces ?
 - 
Généralités
  Protocoles
    - 
Protocole
    - 
Stratégies de dénombrement
    - 
Conseils/indications
  Organisation
    - 
Coordination nationale
    - 
Coordination locale
    - 
Participation
    - 
Planning
    - 
Déduction d'impôts
 - 
Méthodologie et analyses statistiques
  Résultats
    - 
Résultats 2004-2007
    - 
Résultats 2008
    - 
Résultats 2009
    - 
Résultats 2010 : Précisions sur la méthode avec différentes approches !
    - 
Les rapaces et leur conservation : la science, le citoyen et le chercheur.
    - 
Résultats 2011 : Bilan de 2005 à 2010 : Tendance sur 7 espèces de rapaces !
    - 
Résultats 2012 : Les populations de Buse variable et Faucon crécerelle sont en déclin en France !
    - 
Zoom sur l'Autour des palombes
    - 
Résultats 2013 : Un outil dédié au suivi des rapaces nicheurs diurnes de France !
    - 
L'Observatoire rapaces : ça continue !
    - 
Résultats 2014 : Tendances des populations de rapaces diurnes nicheurs en France entre 2000 et 2013.
    - 
Résultats 2015 : Bilan 2014 et focus sur le faucon crécerelle !
L'enquête Rapaces nocturnes (2015-2017)
  Généralités
    - 
Introduction
    - 
Objectifs
  Les rapaces nocturnes de France
    - 
Chevêche d'Athéna
    - 
Chevêchette d'Europe
    - 
Chouette de Tengmalm
    - 
Chouette hulotte
    - 
Effraie des clochers
    - 
Grand-duc d'Europe
    - 
Hibou des marais
    - 
Hibou moyen-duc
    - 
Petit-duc scops
    - 
Autres espèces
    - 
Outils de sensibilisation
  Matériel et méthodes
    - 
Matériel
    - 
Échantillonnage
    - 
Protocole
    - 
Conseils / Indications
  Organisation - Coordination
    - 
Coordination nationale
    - 
Coordination locale
    - 
Déduction d'impôts
  Participer
    - 
Transmettre mes données
  Résultats divers
    - 
Bilan intermédiaire 2015-2017
L'enquête nationale Busards (2010-2011)
 - 
Généralités
 - 
Protocole
 - 
Organisation/participation
 - 
Résultats
L'enquête nationale Milan royal (2008)
 - 
Généralités
 - 
Protocole
 - 
Organisation/participation
 - 
Résultats
L'enquête Rapaces (2000-2002)
 - 
Introduction
 - 
Organisation
 - 
Méthodologie et analyses statistiques
 - 
Cartes de répartition
 - 
Analyses et conclusions
Connaître les rapaces diurnes de France
 - 
Généralités
 - 
Identifier et reconnaître les rapaces
 - 
Suivi des rapaces
  Portraits de rapaces
    - 
Aigle botté
    - 
Aigle de Bonelli
    - 
Aigle royal
    - 
Autour des palombes
    - 
Balbuzard pêcheur
    - 
Bondrée apivore
    - 
Busard cendré
    - 
Busard des roseaux
    - 
Busard Saint-Martin
    - 
Buse variable
    - 
Circaète Jean-le-Blanc
    - 
Elanion blanc
    - 
Epervier d'Europe
    - 
Faucon crécerelle
    - 
Faucon crécerellette
    - 
Faucon hobereau
    - 
Faucon kobez
    - 
Faucon pèlerin
    - 
Gypaète barbu
    - 
Milan noir
    - 
Milan royal
    - 
Vautour fauve
    - 
Vautour moine
    - 
Vautour percnoptère
Les contacts et partenaires
Documents et liens
Chevêchette d'Europe

Chevêchette d’Europe, Glaucidium passerinum (Linné, 1758)

Synonyme : Chouette chevêchette, Chevêchette

Classification (Ordre, Famille): Strigiformes, Strigidés

 

Description de l’espèce

Petite chouette trapue à la tête arrondie, de taille intermédiaire entre un moineau et un étourneau, la Chevêchette d’Europe est le plus petit des rapaces nocturnes européens d’où son nom anglais « Pygmy owl » (chouette pygmée), allemand « Sperlingskauz » (chouette moineau), ou italien « Civetta nana » (Chevêche naine). Chez l’adulte, le dessus de la tête et le dos vont du gris au brun-rougeâtre, ponctués de blanc chez l’adulte ; le dessous est blanchâtre avec poitrine brune et ventre finement rayé. Les disques faciaux sont peu marqués et de petits sourcils blancs surmontent les yeux jaune vif donnant à la chevêchette un air particulièrement revêche. Sur le dos de la tête et la nuque se trouvent deux taches sombres et une tache claire en forme de V (trait commun avec la Chevêche d’Athéna) qui simulent deux yeux et leurs sourcils et décrites par SCHÜZ (1957) comme un « visage occipital ». Ce masque jouerait un rôle dissuasif. Le plumage des juvéniles diffère de celui des adultes par l’absence de points blancs jusqu’à une première mue partielle (1er automne). A environ un an, après une mue complète, le plumage adulte est acquis.

Le chant le plus fréquent est un sifflement flutté. Il peut être émis toute l’année mais sa fréquence est plus grande de février à juin. Juillet et août correspondent à une période de grande discrétion vocale. De septembre à novembre, principalement, la chevêchette émet un chant différent dit « chant d’automne ». Les jeunes comme la femelle poussent de discrets sifflements. (Tous les oiseaux d’Europe. J-C. ROCHÉ. CD 3, plage 8)

Longueur totale du corps : 15 à 20 cm. Poids : de 65 à 70 g pour le mâle et de 75 à 85 g pour la femelle.

 

Difficultés d’identification

Aucune difficulté d’identification en raison de ses habitats fréquentés, de sa taille et de son vol onduleux.

 

Répartition géographique

La chevêchette, seule représentante en Europe du genre Glaucidium, est une espèce paléarctique occupant une large bande (du 58° au 60° de latitude N) des rivages de la mer du Nord (Sud de la Norvège) à ceux de l’Océan pacifique où elle vit principalement dans la taïga (GINN, 1978). Elle est considérée comme une relique glaciaire dans les forêts d’Europe moyenne qu’elle fréquente (DUQUET, 1995).

En France elle n’était connue jusqu’à ces dernières années que de forêts sises au-dessus de 1000 m des Vosges  aux Alpes-Maritimes (départements de Meurthe-et-Moselle, Doubs, Jura, Haute-Savoie, Savoie, Isère, Hautes-Alpes, Alpes-de-Haute-Provence et Alpes-Maritimes) (DUQUET, 1995). Depuis 2000, elle est observée à basse altitude (240 m) dans les Vosges du Nord (MULLER, 2001, 2003 a et b) comme en diverses régions d’Allemagne (SCHERZINGER, 1974 ; SCHÖNN, 1980).

 

Biologie

Ecologie

En France, la chevêchette fréquente principalement des forêts d’altitude (de 1 450 à 2 400 m dans les Hautes-Alpes. COULOUMY, 1999 ; altitude moindre dans les Vosges du nord, 1 100 – 1 400 m dans le Jura) de conifères (épicéa, mélèze, pin cembro, pin sylvestre, sapin) aux peuplements ouverts, dotées de vieux arbres et parfois en mélange avec du hêtre. Elle y utilise des trous de pics (surtout Pic épeiche) pour se reproduire, s’alimenter et stocker ses proies. Les observations de nidification dans une loge creusée dans un chêne (MULLER, 2003 a et b) n’ont actuellement d’équivalent qu’en Allemagne (WIESNER, 2001), dans les pays baltes , en Finlande et en Scandinavie (MIKKOLA & SACKL, 1997).

Comportement

La chevêchette peut être tour à tour d’une excitation extrême (plumage de la tête hérissé, pivotement de la tête, queue agitée latéralement ou de haut en bas, etc. ) ou d’une placidité étonnante face à un observateur tout proche. Ces multiples attitudes ont donné lieu à diverses explications comportementales (GEROUDET, 1965 ; SCHÖNN, 1980 ; BAUDVIN et al., 1991)

Les mœurs de la chevêchette sont diurnes. Elle reste active toute la journée mais chasse surtout à l’aube et au crépuscule.

La part prise par les oiseaux dans le régime alimentaire de la chevêchette peut être mise en relation avec le comportement de ceux-ci à son égard. Ses divers chants (et leur repasse) provoquent une vive alarme des passereaux du secteur (tout particulièrement, mésanges, grimpereaux , becs-croisés, sittelles) qui lorsqu’ils repèrent une chevêchette la houspillent (l’auteur de ces lignes a même vu une grive draine attaquer une chevêchette en vol). Le constat de cette alarme après une repasse même si l’on n’observe pas de chevêchette permet de penser qu’elle est présente dans les parages (GEROUDET, 1965, KÖNIG et coll. 1995).

En France, la Chevêchette est un nicheur sédentaire.

Reproduction et dynamique de population

Grâce aux descriptions de BILLE (1972), GLUTZ Von BLOTSHEIM (1980),CRAMP(1985)etMULLER (2003 a), les différentes phases de la reproduction sont maintenant bien connues. Après les parades et accouplements qui se déroulent à partir de la mi-mars, la ponte (4 à 6 œufs dans l’Europe moyenne jusqu’à 7 à 8 en Scandinavie) est déposée sur le fond d’ une ancienne loge de pic (sise en général à une dizaine de mètres du sol) dont la cavité a été soigneusement nettoyée au préalable de tout ce qu’avaient pu y laisser les occupants précédents. L’incubation assurée par la seule femelle dure de 28 à 30 jours. Les jeunes, nourris par la femelle à qui le mâle apporte les proies dont il a avalé fréquemment la tête auparavant, se montrent à l’orifice dès le 20 ou 21ème jour et quittent la loge entre le 27ème et le 34ème jour. La femelle nettoie régulièrement le nid des restes alimentaires de ses jeunes. Après l’envol, ils restent quelque temps à proximité, sont émancipés environ un mois après l’envol et peuvent se reproduire au bout d’un an. Le territoire d’un couple peut aller, en Europe, de 1 km2 dans le Jura (DUQUET, 1995) ou en Bavière (SCHERZINGER, 1974) à 3,5 km2 en Saxe (SCHÖNN, 1980).

La longévité maximale observée serait de 7 ans (BAUDVIN et al., 1991).

Régime alimentaire

La Chouette chevêchette chasse à l’affût, essentiellement de micromammifères (musaraignes, chauve-souris, campagnols, lérots, voire belette). En hiver, lorsque la neige recouvre le sol, ce régime est complété par des passereaux (du pouillot véloce à la grive draine). Elle ne dédaigne pas à l’occasion quelques insectes (coléoptères, orthoptères), batraciens et reptiles. Les observations réalisées en France s’inscrivent dans l’éventail des résultats d’analyses de nombreuses pelotes de régurgitation et de restes alimentaires divers réalisées en Allemagne ou en Finlande pendant ou hors de la période de reproduction (SCHERZINGER, 1974 ; SCHÖNN, 1980 ; KELLOMÄKI, 1977), à savoir entre 54 et 68 % de micromammifères  et entre 32 et 44 % d’oiseaux. Selon la synthèse de BAUDVIN & coll. (1991) les proies sont soit consommées dans une loge à manger (ancien trou de Pic noir par exemple), soit stockées (ancienne loge de Pic épeiche utilisée comme garde-manger) pour être consommées plus tard notamment en hiver, soit portées aux jeunes en période de reproduction. La chevêchette vide ses proies et plume soigneusement les oiseaux avant consommation.

 

Etat des populations et tendances d’évolution des effectifs

Le statut de l’espèce au niveau européen est considérée comme favorable avec un effectif compris entre 47 000 et 110 000 couples (BIRDLIFE INTERNATIONAL, 2004).

Compte tenu de la discrétion de l’espèce, des difficultés d’accès hivernales de nombre des sites qu’elle occupe, d’une variabilité certaine dans la fidélité au territoire (COULOUMY, 1999) la chevêchette reste une espèce dont les effectifs sont mal connus en France. DUQUET (1999) les évalue à quelques centaines de couples en France (pour le Dauphiné, vraisemblablement une centaine COULOUMY (1999)). Cette situation peut aussi bien résulter de prospection trop aléatoire ou manquant d’efficacité que de fluctuations de populations. Ainsi, dans le Briançonnais, la chevêchette était-elle connue, pour l’essentiel, des forêts sises en rive gauche de la Durance, les données pour la rive droite étant anciennes (années cinquante-soixante). Or, depuis 2003, des observations indiquent sa présence certaine en divers secteurs de  rive droite. Il est difficile de déterminer s’il s’agit d’ un accroissement de l’effectif et de l’aire de répartition, comme le pense MEBS (2001) pour certains massifs forestiers allemands.

 

Menaces potentielles

Peu de menaces semblent aujourd’hui peser sur cette espèce dans le contexte actuel d’une gestion extensive de la forêt de montagne qui préserve les arbres dépérissants et morts soit volontairement soit car l’exploitation d’arbres isolés n’est pas rentable économiquement. Cependant, elle présente des exigences particulière vis à vis de son habitat, et une exploitation forestière inadaptée pourrait avoir des conséquences importantes.

C’est ainsi que KONIG et al., (1995) ont pu observer la quasi disparition de la chevêchette en Forêt Noire à la fin des années soixante après des coupes forestières de grande ampleur qui avaient tout à la fois détruit son  habitat et permis le développement de la Chouette hulotte dont elle peut être la proie.

Une observation de mort accidentelle après collision avec un câble de remontée mécanique a été faite en 2004 dans les Hautes-Alpes mais ce type d’accident doit être rare.

 

Propositions de gestion

La chevêchette n’apparaît pas menacée tant que les modalités d’exploitation forestière respecteront trois principes :

-          la maintien de la diversité en essences et en classes d’âge : il est notamment intéressant de conserver les sujets âgés propices aux différentes espèces de pics dont la chevêchette utilise les loges : Pic noir, Pics vert et cendré, Pic épeiche et tridactyle,

-          le maintien de peuplements ouverts,

-          le respect des arbres à cavités et trous de pics.

 

Etudes et recherches à développer

Si la biologie de la chevêchette est relativement bien connue grâce surtout aux travaux menés en Europe moyenne et septentrionale, les recherches sur la répartition de l’espèce en France et sa dynamique de population de même qu’une méthodologie de recensement restent à développer.

Vous pouvez retrouver cette fiche "Espèces", plus en détail, dans les Cahiers d'habitats Natura 2000 : Tome 8 Oiseaux, en cliquant sur le lien suivant : http://inpn.mnhn.fr/docs/cahab/fiches/Chevechette-d_europe.pdf.

Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2017